DĂ©cembre 23, 2021
Par Le Numéro Zéro
210 visites


Dans le cadre de l’émission mensuelle du Gremmos, retrouvez de larges extraits de la confĂ©rence que Jean-Louis Robert a prĂ©sentĂ©e Ă  la MĂ©diathĂšque municipale de Saint-Étienne le 5 juin 2021, Ă©vĂ©nement organisĂ© par l’Association des amis de BenoĂźt Malon, auquel le Gremmos Ă©tait associĂ©.

L’historien revient sur les causes de l’évĂ©nement : la dĂ©faite de la France contre la Prusse et ses effets sur la vie quotidienne des Parisiens, le rejet du traitĂ© livrant l’Alsace-Lorraine aux vainqueurs, les craintes d’un rĂ©tablissement de la monarchie. Il Ă©tudie le dĂ©roulement de la Commune de Paris, de son dĂ©clenchement le 18 mars 1871 Ă  la Semaine Sanglante du 24 au 31 mai, la rĂ©pression qui la suivit et l’écho international des Ă©vĂ©nements.

P.-S.

Une Ă©mission Ă  Ă©couter Ă©galement sur le site de radiodio.org

Émission rĂ©alisĂ©e par le Groupe de Recherche & d’Etude sur la MĂ©moire du Monde Ouvrier StĂ©phanois.

Sous la direction de Daniel Colson, professeur des UniversitĂ©s, enseignant-chercheur rattachĂ© au MoDYS, et de Jean-Michel Steiner, docteur en Histoire, chercheur associĂ© Ă  l’IERP, ils entendent lancer un programme d’enquĂȘtes sur la vie ouvriĂšre, sur le mouvement ouvrier dans le bassin stĂ©phanois des origines jusqu’à la fin du XX° siĂšcle, ainsi que sur la mĂ©moire de ce monde ouvrier en voie de disparition. Le projet se place dans une perspective globale d’inventaire et de sauvegarde de la mĂ©moire ouvriĂšre stĂ©phanoise des dĂ©buts de l’industrialisation Ă  la dĂ©sindustrialisation.

Cette mĂ©moire est en effet menacĂ©e : disparition de tĂ©moins, « Ă©vaporation Â» d’archives manuscrites ou imprimĂ©es, destruction de bĂątiments caractĂ©ristiques. Un danger aggravĂ© par la dĂ©sindustrialisation. DĂ©sormais, mĂȘme la mĂ©moire des travaux universitaires risque de tomber dans l’oubli.

Si de nombreuses productions et recherches ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es, aucun recensement exhaustif n’en a Ă©tĂ© dressĂ© et les informations sont dispersĂ©es dans de nombreuses centres. Il est maintenant nĂ©cessaire d’établir le bilan de qui a Ă©tĂ© fait, de ce qui est en train de se faire, de ce qui pourrait ĂȘtre fait.

Dans une dĂ©marche interdisciplinaire, le GREMMOS veut faire intervenir et travailler en commun des enseignants, des Ă©tudiants en sociologie, histoire, gĂ©ographie, architecture, beaux arts, ainsi que les Ă©quipements culturels qui travaillent autour de la mĂ©moire. Au-delĂ  du domaine universitaire il tient ainsi Ă  s’associer avec les institutions qui se prĂ©occupent de la politique mĂ©morielle (Archives municipales et dĂ©partementales, Site Couriot/MusĂ©e de la Mine, MusĂ©e d’Art et d’Industrie, CinĂ©mathĂšque, BibliothĂšque
) et les structures privĂ©es qui travaillent sur ce sujet, Ă  l’échelle locale (les Instituts d’Histoire Sociale -IHS- de la Loire et de RhĂŽne Alpes, commissions mĂ©moires des syndicats et des quartiers ouvriers) ou nationale (CODHOS, Collectif des Centres de Documentation en Histoire OuvriĂšre).

Site web : https://www.gremmos.fr/




Source: Lenumerozero.info