Février 15, 2021
Par Dijoncter
330 visites


Dijoncter est accueilli sur les ondes de radio campus tous les mardis matins.

Toutes les chroniques audio sont à retrouver dans la rubrique « Sur l’onde ».

– Salut, alors t’étais au ski ?

– Moi au ski, t’es fou ou quoi. Les remontées mécaniques, les canons à neige, les restaurants d’altitudes, non merci je préférerais que tout ça n’ait jamais existé.

– Ah, je croyais que t’étais à la montagne…

– Ouai j’étais à la montagne, mais la montagne c’est pas le ski, tu peux faire plein d’autres choses à la montagne, en plus les gens qui font du ski c’est des gros racistes.

– Oula, fait gaffe tu mélanges tout là.

– Quoi, t’as pas entendu parler de l’histoire de Philippe Roux, l’adjoint à la mairie de Beaune ?

– Non, mais je vois pas le rapport.

– Ben figure toi qu’il était en vacances près de Chamonix avec sa femme et qu’il en a profité pour faire un truc super sale. Il attendait pour réserver un chalet. Il a commencé à parler ostensiblement à sa femme en lui disant qu’il espérait qu’elle ne le trompe jamais avec un noir.

– Ha ouai ça pose l’ambiance.

– Attend, c’est que le début. Quelqu’un lui fait remarquer qu’il n’est pas tout seul, qu’on l’entend. L’autre en a rien à foutre. Cinq minutes plus tard il continue à déblatérer des insanités sur les noirs en clamant au et fort qu’il est raciste. La même personne réagit en lui disant que ce n’est pas normal de dire des choses pareilles. Alors là l’adjoint se lève et proclame fièrement qu’il a des origines marocaines et qu’il a adopté un petit noir – c’est ses mots. Puis il intimide son interlocuteur en le menaçant d’aller chercher son flingue dans sa bagnole, et lui dit que si il veut il peut le faire découper. L’horreur. Quelqu’un a enregistré les menaces, c’est vraiment sale.

– Mais comment ça c’est fini ?

– Ben le personnel est arrivé pour calmer Philippe Roux et a donné son identité pour que les autres puissent porter plainte. C’est là qu’ils se sont rendu compte que c’était un adjoint au maire de Beaune.

– Ah le vieux loup dégueu, ça me fait gerber.

– Qu’est-ce t’as contre les loups ?

– Euh, rien, c’est juste une expression.

– Ben fait gaffe parce qu’en ce moment c’est tendu à propos des loups.

– Tu parles du loup qui a été vu vers Francheville, j’ai pas trop capté ce qu’il se passait.

– Ben fin janvier y’a un éleveur de brebis qui a subi deux attaques sur son troupeau, faisant une dizaine de victimes. Et un peu avant y’avait une chasseuse qui avait photographié un loup pas loin. En réaction à ça, y’a des agris qui sont descendus à Dijon pour mettre la pression au préfet. Ils ont obtenu un « tir de défense ». Évidemment le BP l’a joué sensationnel et l’affaire a vite été montée en épingle. Pour pouvoir faire un tir de défense tu dois remplir un formulaire de demande d’autorisation et lorsqu’un arrêté est pris il autorise seulement l’éleveur qui l’a demandé à tirer sur le loup en présence immédiate de son troupeau. Le petit coup de pression organisé par la FDSEA le 29 janvier a un peu accéléré la procédure.

– Et maintenant ça en est où ?

– Ben depuis on ne sait pas trop où est passé le loup alors l’affaire se tasse. Mais à mon avis il va falloir apprendre à vivre avec, abattre tous les loups qui débarquent ça n’a pas beaucoup de sens, ça fout le bordel dans les meutes, … Alors qu’il y a tout un tas d’autres moyens à mettre en place pour protéger les troupeaux. Y’a même des gens qui utilisent des lamas ! Faut quand même se rappeler qu’il n’y a pas eu de loup en France seulement pendant cinquante ans, des années 40 aux années 90, leur présence n’a pourtant jamais empêché l’élevage.




Source: Dijoncter.info