Une heure après sa rencontre avec le Premier ministre Jean Castex, la CGT a annoncé qu’elle mobiliserait les salariés le 17 septembre. Au cœur de ses préoccupations : l’emploi, pris sous toutes ses facettes. « Il n’est pas cohérent de faire partir les gens à la retraite plus tard alors que les jeunes vont avoir du mal à trouver un travail avec la crise », explique une membre de la commission exécutive confédérale. Dans un court communiqué nommé « Passer de la parole aux actes ! », la CGT entend combattre à la fois le chantage à l’emploi des accords de performance, l’allongement du temps de travail, mais aussi le retour de la réforme des retraites et la réforme de l’assurance chômage qui a déjà réduit les droits des demandeurs d’emploi.

Bien que cette date de rentrée sociale ait été annoncée unilatéralement par la centrale de Montreuil jeudi 9 juillet, des discussions préalables ont eu lieu mardi après-midi dans les locaux de la CGT avec Force ouvrière, la FSU et Solidaires. Le syndicat enseignant se prononcera début septembre sur la date proposée par la CGT. De son côté, Force ouvrière n’a pas encore fait état de ses intentions, attendant probablement les contours des discussions avec le Premier ministre autour du 20 juillet sur le dossier chaud des retraites. Enfin, Solidaires devrait valider cette date de mobilisation du 17 septembre dans ses instances la semaine prochaine. Elle pourrait rejoindre l’initiative après le 14 juillet, date d’une nouvelle journée d’action autour de l’hôpital et des annonces d’Emmanuel Macron sur son plan de relance.


Article publié le 10 Juil 2020 sur Rapportsdeforce.fr