Juin 17, 2021
Par Expansive
193 visites


Après plusieurs mois de travail, nous avons établi un ensemble d’engagements sur les mobilités destinés aux candidates et candidats à la Région Bretagne.

La Région détient des leviers d’action et de transformation importants dans le domaine des transports et des mobilités, il faut le leur rappeler !

On vous donne donc rendez vous place Saint Anne le 17/06 à 18h30 pour une petite vélorution qui se conclura au Conseil régional par la présentation des différents engagements pris et par qui et sur notre travail dans le cadre des régionales et des départementales !

Venez avec vos pancartes, banderoles et vos plus belles bicyclettes !

Suite à notre séquence de plaidoyer auprès des candidat.es aux élections régionales, nous organisons une vélorution publique le 17/06 partant de Saint Anne à 18h30 pour arriver au Conseil Régional de Patton où nous présenteront les engagements pris par les listes que nous avons pu rencontrer.

Cet ensemble de mesures sont pour nous incontournables pour faire de la Bretagne une région avec des mobilités douces et décarbonées.

Les voici :

mettre un terme définitif à toute perspective d’extension des aéroports, et notamment de l’aéroport de Rennes St-Jacques et s’engager à investir le montant équivalent épargné dans et pour des activités favorables à la transition juste et écologique.

ne pas renouveler auprès de l’Etat la demande de cofinancement de la liaison Quimper-Orly, pour laquelle une alternative décente en train existe en moins de 4h

réduire le soutien financier de la Région au fonctionnement des aéroports bretons et réorienter les financements régionaux (investissement et fonctionnement) aux aéroports vers les transports durables

arrêter l’investissement financier de la Région dans le développement routier (réseau routier national et réseaux départementaux)

garantir que chaque breton.ne, en particulier quelles que soient ses conditions de ressources, puisse se déplacer sur l’ensemble du territoire régional par les transports collectifs dans de bonnes conditions

améliorer la qualité de service du réseau de transport collectif régional : fréquence de desserte, coordination des réseaux (fluidité des parcours)

remettre en service les lignes qui ne sont plus exploitées à ce jour

faciliter l’inter-modalité, en particulier en permettant l’usage combiné du vélo et du train (stationnement en gare sécurisé, embarquement gratuit des vélos avec un nombre de places suffisant)

généraliser les mesures tarifaires attractives/accessible sur l’ensemble du réseau régional

améliorer l’accessibilité des gares et du matériel roulant

soutenir les collectivités pour déployer des réseaux de transports collectifs urbains de qualité

A l’issu des rendez vous, 4 listes se sont engagées. Hissons haut la Bretagne (LR) et Nous la Bretagne (LREM) n’ont jamais donné suite à nos multiples demandes.

Bretagne d’Avenir, Bretagne ma vie et Bretagne Insoumise se sont engagés à respecter toutes nos demandes.

La Bretagne avec Loïg est restée plus évasive sur certaines de nos demandes en ne s’engageant pas clairement à mettre un terme aux extensions d’aéroport, arrêter le financement du Quimper-Orly et réduire le soutien financier aux aéroports en redirigeant les économies vers les transports durables.

Pourtant la Cour des Comptes en 2020 était formelle, les aéroports bretons sont trop nombreux et surtout trop dépendants des aides publiques .En 2019, la Région a décidé de flécher 3 855 000€ d’argent public vers les aéroports bretons (3 200 000€ d’investissement pour un programme de modernisation et 655 000€ de fonctionnement annuel). A cela s’ajoute un montant de 1 066 800 € directement fléché à la Concession de services Aéroport de Quimper Pluguffan pour financer la Délégation de Service Public (DSP).

La Bretagne avec Loïg ne s’est également pas engagée à arrêter les investissements dans les développements routiers.

Dans un contexte d’accroissement des inégalités sociales, de destruction de la biodiversité, de raréfaction des ressources, et de changement climatique (qui va accentuer les points précédents), des politiques publiques radicalement écologiques et de justice sociale sont absolument nécessaires et urgentes. Or, on ne peut pas revendiquer une telle action/politique sans s’attaquer frontalement au secteur des transports (qui représente pour la région 36% de la consommation finale d’énergie, et alimenté encore à plus de 90% par des produits pétroliers).

Les besoins de déplacement à l’échelle régionale sont dus à un modèle de développement urbain et territorial aujourd’hui dépassé (spécialisation des territoires, agglomération et métropolisation). La mobilité quotidienne des bretons est un enjeu absolument prioritaire par rapport à l’attractivité et l’accessibilité de la région depuis Paris ou depuis l’international.

Dans la mesure où plus de 10% des bretons ne possèdent pas de voiture, et où peu prennent usuellement l’avion, les investissements de la région en termes de mobilité doit également se penser en termes d’équité et de justice sociale




Source: Expansive.info