Nous Ă©tions une soixantaine Ă  nous retrouver hier, 2 septembre, autour de la fontaine du palais de justice de Marseille, surtout des femmes et quelques hommes. Pas de drapeaux, ni de banniĂšres politiques ou syndicales, juste la couleur du deuil. On pouvait lire sur des pancartes : On ne tue jamais par amour, Le machisme tue ou encore simplement 101.

A 18 heures une dizaine d’entre nous ont plongĂ© du colorant rouge dans la fontaine, symbole du sang versĂ©. Alors que les taches s’étendaient Ă  la surface de l’eau d’autres commencĂšrent Ă  dĂ©clamer le nom des femmes assassinĂ©es. Les 101 noms, Ăąges, dates et circonstances dans lesquelles ces femmes ont trouvĂ© la mort, c’est long, trop long.


AprĂšs cette douloureuse liste celles qui le souhaitaient se sont allongĂ©es au sol pour une minute de silence. Nous nous sommes relevĂ©es au son de l’hymne des femmes entonnĂ©e par quelques unes et c’est aux cris « So So So solidaritĂ© avec les femmes du monde entier.  Â» que nous nous sommes sĂ©parĂ©es.



Article publié le 03 Sep 2019 sur Mars-infos.org