Novembre 18, 2020
Par Toulouse Anti-CRA
263 views


Mardi 1er septembre, un second cas de Covid a été détecté au CRA de Cornebarrieu. Depuis, dix prisonniers se sont mis en grève de la faim. Ils demandent la fermeture du CRA et veulent être libérés. Voici leur communiqué.

Une première personne :

« Nous on a fait la grève de la faim parce que les normes sanitaires dans le secteur ne sont pas respectées. Ils ramènent des gens qui ont le Covid. Tout à l’heure ils ont ramené quelqu’un, nous on a refusé qu’ils le mettent avec nous dans le secteur, on s’est embrouillé avec les agents de police pour qu’ils ne le mettent pas avec nous. En plus de ça on est deux par cellule.

Comme on a fait la grève de la faim, la police a commencé à nous titiller, ils ne sont pas contents par rapport à ce qu’on fait. Ils cherchent si on fait un pas de travers.

On ne comprend pas pourquoi on est bloqués ici, il n’y a pas d’avion, il n’y a rien. Il y a la maladie qui rentre au centre, et ils nous ramènent des gens.

Ils nous ont ramené trois personnes de prison, sans faire de tests, et la toute à l’heure ils veulent ramener une autre personne de on ne sait pas où. Il y avait quelqu’un dans la chambre, il a refusé, elle n’avait pas fait de test, on s’est embrouillés avec eux et ils l’ont changé de secteur, je ne sais pas où ils l’ont mis.

La grève ont est dix personnes à la faire depuis mardi.

Il y a des gens qui sont déjà sortis, je ne sais pas lesquels.

Il y a cet article de France 3 qu’ils nous ont donné la Cimade, un article qu’ils ont écrit par rapport au centre, si vous avez lu. Ils ont marqué ce qu’on veut et ce qu’ils veulent eux : que ce soit ferme. La police aussi, s’ils mettent leur vie en danger par rapport à ce qu’ils ramènent des gens sans savoir qu’ils ont la maladie ou pas.  Aussi il y a le délégué de la police qui dit qu’il vient avec la peur.

Nous on sort même pas pour manger, on reste entre nous, maintenant ils ont ramené quelqu’un, on a refusé qu’il rentre, mais ils ont pris ses affaires, ils l’ont re-ramené en force. »

Une autre personne :

« Moi je viens de rentrer il y a deux jours, le 3. Ils m’ont même pas fait le test. Ils m’ont ramené avec les détenus du centre. On est rentré 2, ils nous ont pas fait le test, ils savent même pas si on a le corona. Et là aujourd’hui ils ont ramené un autre daron, ils lui ont même pas fait le test, ils l’ont ramené avec nous. On sait pas s’il a le corona ou pas.

Et là, personne ne veut manger.

Le 13 août ils ont découvert une femme avec le corona, et 15 jours après ils ont découvert un jeune, qui allait au tribunal pour se faire juger, ils ont su qu’il avait le corona.

Et là je viens de demander aux policiers ce matin est-ce qu’ils ont fait le test, ils m’ont dit non.

Là je sais pas à quoi ils jouent. On a même pas l’avion, ils nous font galérer.

À Perpignan, dans les autres centres, il y a un roulage normalement, ça reste trois jours, même pas quatre jours, un mois maximum ils sortent, et là le dernier qui a pris combien ? 90 jours ! Pour rien, ça nous fait galérer.

Franchement si vous voulez nous aider, écrivez ce qu’on dit. On a pas envie de faire des bêtises et retourner en prison, on a envie de tous sortir, comme tout le monde. On est des êtres humains, c’est pas parce qu’on a pas les papiers qu’on est traités comme des chiens. Essayez de nous aider un peu. »

Il lit la fin de l’article de France 3 sur la tenue des procès en visio : « Ça protège les juges mais nous ça nous protège même pas ! »

« Je passe en jugement demain. J’étais à Seysses, après ils m’ont ramené. Même à Seysses il y avait le corona.

Au centre on mange tous ensemble : le secteur A, on va dire quelqu’un il a le corona, eux ils ont fini de manger, ils vont ramener le secteur C. Il y a même pas le produit, même pas les masques, vous avez vu, ça nous dit qu’il n’y a pas l’argent pour les acheter. Tout ça, c’est pas normal. »

Une troisième personne :

« Ils m’ont cueilli à la gare avec un billet de train, ça fait plus d’un mois que je suis là. Il n’y a pas d’avions je ne comprends rien. On est venu dans le pays de la Liberté, de l’Égalité, de la Fraternité, non ? On est des êtres humains.

On a pas de papiers, on n’a pas le droit d’être en France, mais que j’attrape le Corona et que je contamine ma famille, là je ne suis pas d’accord. Il n’y a pas d’avions, ce n’est pas notre faute.

Depuis que je suis là, ils n’ont pas expulsé un algérien, un marocain, un africain. Il n’y a que la Tunisie qui est ouverte.

On est dix à faire la grève de la faim, on n’a pas d’autre moyen de s’exprimer.

Quand tu parles avec les policiers, ils disent ils sont en train de faire n’importe quoi, ça vient de là-haut, c’est pas nous c’est le juge, tu parles au juge, il te dit c’est pas moi c’est le préfet… J’ai parlé avec le médecin, il m’a dit c’est pas moi, je suis pas responsable, chacun parle de l’autre. »




Source: Toulouseanticra.noblogs.org