Appel à 10 jours d’autodéfense populaire

Du vendredi 15 au dimanche 24 Avril 2016 au Centre Social Autogéré à Toulouse

Depuis presque 5 ans, nous, membres de la CREA (Campagne de Réquisition, d’Entraide et d’Autogestion) réquisitionnons des bâtiments vides privés et publics pour nous loger, nous organiser, vivre selon nos propres besoins et avec nos propres moyens. Nous refusons de voir une ville se transformer selon les désirs des riches et y voir les intérêts financiers mener la guerre aux pauvres. Depuis les débuts de nos actions, nous nous opposons aux logiques spéculatives de la misère organisée par les pouvoirs en place et le capitalisme car nous aspirons à vivre dans la dignité ; et c’est sans surprise que nous subissons une répression qui ne fait que s’accroître d’année en année. Nous savons, comme vous, que ça ne s’arrêtera pas, car nos luttes menacent leurs intérêts et leurs privilèges. A nos exigences de justice sociale et de dignité, ils répondent par la violence répressive qu’ils justifient à grands coups de discours politiques et de justice bourgeoise.

Et durant toutes ces années, nous n’avons pas été épargné : plus de 80 expulsions, des poursuites judiciaires par dizaines, des coups de pression en tout genre, des coups tout court, des humiliations… C’est donc naturellement que nous nous sentons lié.es à d’autres histoires… De l’acquittement de Damien Saboudjan, le policier meurtrier d’Amine Bentounsi, aux anciens ouvriers de Goodyear condamnés à de la prison ferme pour avoir défendu leurs emplois ; du maintien des conditions inhumaines des réfugié.es de Calais au racisme décomplexé à l’encontre des habitant.es des quartiers populaires ; du contrôle administratif en tout genre à l’enfermement pur et simple, de la criminalisation du mouvement BDS jusqu’à l’état d’urgence….

La répression continue et accroît son travail de longue haleine.

En conséquence, nous appelons à venir façonner par nous même et pour nous même un réseau d’auto-défense. Nous mettons en place dix jours, en avril, pour créer des moments de rencontres autour des différentes formes de répression que nous subissons localement mais également nationalement et internationalement. Dix jours, pour se rencontrer, s’organiser ensemble, s’échanger nos analyses et nos stratégies, construire des outils, créer des réseaux, pour nourrir et intensifier la lutte ici, partout et maintenant pour être plus fort face à cette répression qui se fait de plus en plus grande. Il s’agit de construire un front commun, porté par des acteurs de terrain, qui font face à la répression au quotidien, pour ainsi développer les outils les plus appropriés. Nous inscrivons cette initiative dans la continuité de rendez-vous précédents auxquels des collectifs ont appelé et auxquelles nous avons participé (comme la journée de soutien aux Inculpés de Villers-le-Bel l’été dernier…)et c’est dans cet état d’esprit que nous voulons aujourd’hui tenter de construire une réponse commune, à la hauteur du problème.