Août 30, 2022
Par Contre Attaque
276 visites

«Nous sommes en guerre» : un conseil restreint composé de militaires gÚre le pays pendant les «crises»


âžĄïž Macron va prĂ©sider vendredi Ă  l’ÉlysĂ©e un «Conseil de dĂ©fense» consacrĂ© Ă  l’énergie, une rĂ©union secrĂšte avec un nombre restreint de personnes, chargĂ©es de «prendre des dĂ©cisions rapides et immĂ©diatement exĂ©cutables» selon Le Figaro. C’est Ă  dire sans dĂ©bat public. Sans vote. Sans discussions parlementaires. Sans contrĂŽle. De quoi s’agit-il ?

âžĄïž En pĂ©riode de crise et d’état d’urgence, ce ne sont plus les Ă©lus qui dĂ©tiennent le pouvoir, mais un comitĂ© restreint politico-militaire, le «conseil de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ© nationale». En France, il rassemble le prĂ©sident, quelques ministres et les hautes autoritĂ©s militaires. Dans les annĂ©es 1980, un «Conseil de sĂ©curitĂ© intĂ©rieure» est crĂ©Ă© par la droite en rĂ©action Ă  une vague d’attentats. À partir de 2007, Sarkozy veut un «Conseil de sĂ©curitĂ© nationale» sur le modĂšle amĂ©ricain. Chose faite en 2009 par dĂ©cret. Ce «Conseil de dĂ©fense» dĂ©finit les grandes orientations militaires, les opĂ©rations de guerre et doit gĂ©rer les «crises majeures». C’est ce conseil qui a pris la dĂ©cision de confiner par exemple, ou celui d’imposer le Pass Sanitaire.

âžĄïž Ce conseil, qui est sensĂ© rester exceptionnel, est utilisĂ© massivement ces derniĂšres annĂ©es. En 2015, François Hollande utilise ce format aprĂšs les attentats : 10 rĂ©unions cette annĂ©e-lĂ , puis 32 en 2016, et 42 en 2017. Avec Macron, la dĂ©cision est prise de rĂ©unir le conseil «une fois par semaine», le prĂ©sident veut «en faire un moment clef d’examen de l’évolution des dossiers et de la prise de dĂ©cision». En 2020, c’est un record : avec une cinquantaine de rĂ©unions, dont trois pour la seule semaine du 26 octobre. C’est le lieu majeur de prĂ©paration des dĂ©cisions du prĂ©sident de la RĂ©publique sur les enjeux essentiels de la sĂ©curitĂ© du pays, selon le ministre des Affaires Ă©trangĂšres. Il a aujourd’hui quasiment remplacĂ© le Conseil des ministres, c’est donc ce «conseil de sĂ©curité» qui gouverne de facto la France, puisque la «crise est dĂ©sormais permanente : anti-terrorisme, pandĂ©mie, inflation. Et il n’a pas de compte Ă  rendre, puisque toutes les rĂ©unions ont lieu sous «secret dĂ©fense».

âžĄïž Mais alors, qui compose ce cercle restreint proche du pouvoir ? Durant la pandĂ©mie, en plus du PrĂ©sident de la RĂ©publique, on trouvait le gĂ©nĂ©ral et chef d’État-Major des armĂ©es, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la DĂ©fense et de la SĂ©curitĂ© nationale, le directeur gĂ©nĂ©ral de la sĂ©curitĂ© extĂ©rieure, le directeur de la SĂ©curitĂ© intĂ©rieure. Bref, des militaires et des chefs des services de sĂ©curitĂ© donc, et pas spĂ©cialistes des questions de crise sanitaire. Ils Ă©taient entourĂ©s du Premier ministre, de la ministre de la DĂ©fense, du ministre de l’IntĂ©rieur et celui de la SantĂ©. Des uniformes entourĂ©s de quelques politiciens pour dĂ©corer. Symbole de la militarisation de la vie politique tout entiĂšre, jusque dans les mots : «nous sommes en guerre» et autres appels Ă  «l’unitĂ© nationale», Ă  «payer le prix de la liberté». Cette fois ci, il doit y avoir la ministre de la transition Ă©nergĂ©tique pour complĂ©ter.

âžĄïž C’est donc un cercle militarisĂ© qui commande la France pour «gĂ©rer» les crises sans dĂ©bat. Pourquoi s’embarrasser encore d’une apparence de dĂ©mocratie ? Ce conseil comprend une moitiĂ© de militaires et d’agents de sĂ©curitĂ©. Depuis 2015, entre l’état d’urgence prolongĂ© contre le terrorisme ou le Coronavirus et dĂ©sormais la guerre aux portes de l’Europe, la France connaĂźt un Ă©tat d’exception quasiment permanent, ponctuĂ© d’utilisation du 49.3 et d’ordonnances pour imposer les mesures les plus contestĂ©es. Le tout Ă  coups de grenades sur les rĂ©calcitrants si nĂ©cessaire. Le RĂ©gime politique actuel est hybride : il n’est plus dĂ©mocratique au sens courant du terme, mais pas encore tout Ă  fait dictatorial : il Ă©volue. Dormez bien.

Tous nos articles sont en accùs libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d’exister, votre soutien est vital. Vous pouvez nous faire un don en cliquant sur les homards

#advgb-cols-c4af8ca4-2401-41f2-8761-5fb12a3c3d47{}@media screen and (max-width: 1023px) {#advgb-cols-c4af8ca4-2401-41f2-8761-5fb12a3c3d47{}}@media screen and (max-width: 767px) {#advgb-cols-c4af8ca4-2401-41f2-8761-5fb12a3c3d47{}}#advgb-col-effaed0b-99f1-4add-b43a-e8727661c013>.advgb-column-inner{padding-top:0px;}#advgb-col-effaed0b-99f1-4add-b43a-e8727661c013{width: 0%;}@media screen and (max-width: 1023px) {#advgb-col-effaed0b-99f1-4add-b43a-e8727661c013>.advgb-column-inner{}}@media screen and (max-width: 767px) {#advgb-col-effaed0b-99f1-4add-b43a-e8727661c013>.advgb-column-inner{}}#advgb-col-de87fa44-4321-43f9-b91f-8152a7264af2>.advgb-column-inner{text-align:center;}#advgb-col-de87fa44-4321-43f9-b91f-8152a7264af2{width: 0%;}@media screen and (max-width: 1023px) {#advgb-col-de87fa44-4321-43f9-b91f-8152a7264af2>.advgb-column-inner{}}@media screen and (max-width: 767px) {#advgb-col-de87fa44-4321-43f9-b91f-8152a7264af2>.advgb-column-inner{text-align:center;margin-left:50px;}}




Source: Contre-attaque.net