– Quand les mots sont vidĂ©s de leur sens : il n’y a eu ni « mortier », ni « attaque » –

En France, le gouvernement et les mĂ©dias relaient des fake news dignes de Donald Trump dans des millions de foyers. DerniĂšre intox en date, la prĂ©tendue « attaque au mortier » d’un commissariat en banlieue parisienne. En elle mĂȘme, l’expression « attaque au mortier », utilisĂ©e et rĂ©utilisĂ©e en boucle tout le weekend comporte dĂ©jĂ  DEUX mensonges. Deux intox en trois mots seulement. Explications :

1 – Il ne s’agit pas de « mortiers ». Voici la vĂ©ritable dĂ©finition d’un mortier : « un mortier ou lance-mine est une arme lĂ©gĂšre d’artillerie, sans culasse, Ă  mise Ă  feu de l’obus par gravitĂ©, et de ce fait ne pouvant tirer qu’en tir proche de la verticale ». Le « mortier » est donc une arme de guerre, utilisĂ©e lors des conflits armĂ©s, pour envoyer des obus. Ce weekend, un commissariat aurait-il reçu des obus tirĂ©s avec un canon militaire ? À entendre la totalitĂ© des mĂ©dias le commissariat de Champigny aurait Ă©tĂ© visĂ© au mortier
 Pourtant, zĂ©ro blessĂ©, ni explosion, ni destruction. Nous avons ici affaire Ă  une intox de trĂšs trĂšs gros calibre, Ă  un retournement du sens des mots. A la base, les syndicats policiers d’extrĂȘme droite ont dĂ©signĂ© les feux d’artifice sous le nom de « mortiers » pour faire peur et manipuler l’opinion. Cette manipulation a Ă©tĂ© reprise et amplifiĂ©e par les mĂ©dias aux ordres. Il n’y a Ă©videmment jamais eu de « mortier », ni en manif, ni dans les quartiers, ni nulle part face Ă  la police. Il s’agit de petits feux d’artifice colorĂ©s, qui au pire, font de la lumiĂšre et des Ă©tincelles. Absolument aucun risque, ni pour un mur en bĂ©ton, ni pour un individu protĂ©gĂ© par un casque, une carapace et un bouclier. Ces fusĂ©es sont d’ailleurs infiniment moins dangereuses que la moindre grenade lacrymogĂšne tirĂ©e par la police. Et Ă©videmment, sans commune mesure avec des balles de LBD, qui peuvent tuer, et qui sont pourtant envoyĂ©es par milliers sur des citoyens non protĂ©gĂ©s.

2- Il ne s’agit pas non plus d’une « attaque ». Il y a quelques jours, un jeune de 22 ans habitant dans le quartier de Champigny a Ă©tĂ© trĂšs gravement blessĂ© lors d’une intervention policiĂšre. La journaliste Sihame Assbague rapporte que, alors qu’il circulait Ă  moto avec un ami, il a Ă©tĂ© pris en chasse par une voiture de police. La patrouille l’a tamponnĂ©, provoquant un accident. « Ils nous ont chassĂ©s sur plusieurs mĂštres et aprĂšs, Ă  un moment, ils m’ont tamponnĂ© avec leur voiture. Ça m’a fait percuter un poteau et j’ai Ă©tĂ© Ă©jectĂ© loin » raconte le jeune homme, qui a notamment le fĂ©mur brisĂ© sur le coup. Il sera emmenĂ© au commissariat puis finalement hospitalisĂ© et opĂ©rĂ©. Il est actuellement en fauteuil pour plusieurs semaines. Plusieurs militants associatifs investis dans cette citĂ© fustigent l’ambiance dans le quartier : « c’est le rĂ©sultat de tensions anciennes avec la police. Ça ne date pas d’hier ». En rĂ©sumĂ©, ce que le gouvernement et les mĂ©dias prĂ©sentent comme une « attaque » serait en rĂ©alitĂ© une rĂ©action plutĂŽt dĂ©risoire face Ă  une Ă©niĂšme violence policiĂšre grave, dont tout le monde sait qu’elle ne sera jamais sanctionnĂ©e.

Ni « attaque » gratuite, ni usage de « mortier », les mĂ©dias dominants se sont encore surpassĂ©s ces derniers jours en fabriquant des mensonges, en nourrissant un climat prĂ©-fasciste. L’infĂąme Darmanin a transformĂ© l’évĂšnement en psychodrame national, en allant rĂ©conforter les policiers, en annonçant l’interdiction des “mortiers”
. Grotesque. En confondant dĂ©libĂ©rĂ©ment des pĂ©tards en vente libre avec des armes de guerre, la police, la justice et les mĂ©dias tentent de rendre acceptable qu’on tire des grenades explosives mortelles et des balles en caoutchouc sur la population. Comme s’il pouvait y avoir une Ă©quivalence avec la violence d’individu armĂ©s, protĂ©gĂ©s, entraĂźnĂ©s et payĂ©s par l’État. Et cette opĂ©ration est trĂšs inquiĂ©tante pour tout le monde. Alors faites le savoir.


Article publié le 13 Oct 2020 sur Nantes-revoltee.com