De nombreuses rĂ©sistances continuent d’éclore dans le pays nantais, contre les projets destructeurs sortis de la tĂȘte des amĂ©nageurs. Sur fond d’effondrement du vivant, ces luttes Ă©cologiques s’enracinent autour de la forteresse urbaine. Une cartographie des oppositions se dessine : tout le monde ne se retrouve pas dans le modĂšle mĂ©tropolitain, inĂ©galitaire, rĂ©pressif, Ă  base de start-ups et de vidĂ©osurveillance.

âžĄïž USINES A GAZ

Deux projets d’usines Ă  gaz sont prĂ©vues Ă  Puceul, tout au nord de la Loire-Atlantique, et Ă  CorcouĂ©, tout au sud. A Puceul, le projet de construction d’une Ă©norme unitĂ© de mĂ©thanisation, c’est Ă  dire des centaines de tonnes de dĂ©jections animales fait l’objet d’une rĂ©union publique en janvier dernier. Les habitants du coin ont fait part de le fortes inquiĂ©tudes. Entre temps, une usine Ă  gaz a empoisonnĂ© l’eau potable de dizaines de milliers d’habitants dans le FinistĂšre en aoĂ»t. A CorcouĂ©, la riposte s’organise, avec une pĂ©tition Ă  retrouver ici : https://www.change.org/
/pr%C3%A9fecture-de-loire


âžĄïžGRAND PORT INDUSTRIEL

Dans le prolongement de Saint-Nazaire, la ville de Donges est parsemĂ©e de zones portuaires et industrielles et d’usines SEVESO, notamment l’entreprise d’engrais YARA, extrĂȘmement polluante et dangereuse. Les amĂ©nageurs veulent aggraver le dĂ©sastre en Ă©tendant les industries sur 50 hectares de zones naturelles. Contre cette bĂ©tonisation, un « village du peuple » est occupĂ© depuis des mois sur place. Il sert de lieu de rencontres, de lutte, de vie, et propose des lĂ©gumes et des projets autonomes. Ce village autonome est menacĂ© d’une rĂ©pression imminente. DĂ©but septembre, une descente de gendarmes appuyĂ©s par un hĂ©licoptĂšre a eu lieu dans les maisons. Le Village du peuple

âžĄïž LE CARNET

Juste en face, au sud de la Loire, la zone naturelle du Carnet Ă©tait prĂ©vue dĂšs les annĂ©es 1970 pour implanter une centrale nuclĂ©aire dans l’Estuaire. Projet heureusement empĂȘchĂ© de haute lutte en 1997. Aujourd’hui, les dĂ©cideurs reviennent Ă  la charge, et veulent bĂ©tonner l’endroit pour un projet portuaire et industriel qu’ils appellent « parc Ă©co-technologique ». Le bĂ©tonage menace 110 hectares de zone naturelle, dont plusieurs dizaines de zones humides, abritant 116 espĂšces protĂ©gĂ©es. Les travaux de destruction des rives de la Loire ont dĂ©jĂ  commencĂ© discrĂštement. Une ZAD est nĂ©e Ă  la fin de l’étĂ©, les lieux sont occupĂ©es et quelques barricades entourent l’endroit. Le port maritime et la prĂ©sidente trĂšs Ă  droite de RĂ©gion rĂ©clame dĂ©jĂ  une opĂ©ration d’expulsion et le dĂ©marrage des travaux immĂ©diatement. La gendarmerie quadrille la zone. Collectif Stop Carnet

âžĄïž « SURF PARK »

Un projet aberrant Ă  Saint-PĂšre en Retz, une sociĂ©tĂ© veut implanter un « surf park », un bassin artificiel qui crĂ©era des fausses vagues pour les surfeurs, le tout Ă  quelques kilomĂštres de l’ocĂ©an. Un projet d’attractions pour riche hautement polluant, estimĂ© Ă  15 millions d’euros, et qui dĂ©truirait 15 hectares. Sur place, la lutte se structure mais elle a dĂ» faire face Ă  des attaques conjointes de l’extrĂȘme droite, d’agriculteurs productivistes et de la gendarmerie. Aujourd’hui, le projet critiquĂ© mĂȘme par un collectif de surfeurs semble Ă  l’arrĂȘt. Les promoteurs se murent dans le silence. Une « enquĂȘte environnementale » est en cours.

âžĄïž PORT SUR DUNE

A BrĂ©tignolles, en VendĂ©e, un Ă©lu veut absolument dĂ©truire une partie du littoral pour imposer son port haut de gamme. Un non sens Ă©conomique et un dĂ©sastre Ă©cologique. La lutte s’organise sur place : une ZAD est occupĂ©e en 2019, et repousse les travaux. Mais en plein confinement, la gendarmerie et une milice liĂ©e au maire vont attaquer les lieux et dĂ©truire les habitations. La situation sur place est incertaine.

âžĄïž NOTRE-DAME-DES-LANDES

Sur la zone qui a Ă©tĂ© le thĂ©Ăątre de toutes les rĂ©sistances jusqu’en 2018, l’horizon est dĂ©barrassĂ© d’un projet d’aĂ©roport destructeur qui aurait dĂ©vorĂ© des centaines d’hectares. L’abandon a mis Ă  jour des dĂ©chirures, mais le bocage est toujours habitĂ© et la vie continue. Productions paysannes, rencontres et dĂ©bats, expĂ©rimentations diverses et ravitaillement des luttes nantaises rythme la vie de ce morceau de landes arrachĂ©es au bĂ©ton. ZAD NDDL Info

âžĄïž NANTES : UNE MYRIADE DE PROJETS

– Les autoritĂ©s veulent dĂ©mĂ©nager l’actuel CHU prĂ©sent au cƓur de la ville sur l’üle de Nantes, en zone inondable. CoĂ»t prĂ©vu, 1 milliard d’euros minimum, c’est Ă  dire «le CHU le plus cher de France». Peu pratique d’accĂšs, hors de prix, inutile, ce nouveau CHU aura mĂȘme plusieurs centaines de lits en moins que l’hĂŽpital existant. Du dĂ©lire.

– Quartier Chantenay, Ă  l’ouest de la ville, un projet touristique et commercial « d’arbre aux hĂ©rons ». La structure coĂ»tera au moins 35 millions d’euros pour « dĂ©velopper l’attractivitĂ© de Nantes ». Ses promoteurs parlent d’une « structure monumentale sur laquelle pourront dĂ©ambuler et s’amuser 400 personnes» qui sera l’équivalent d’une « tour Eiffel du grand ouest ». Ce projet qui va gentrifier tout le quartier est combattu par les habitants rĂ©unis dans un collectif : La Commune de Chantenay

– Les Ă©lus ont aussi programmĂ© la probable destruction du square Daviais dans le centre-ville, sans doute pour encore plus de zones commerciales. Pour Ă©viter la colĂšre de la population, hostile Ă  cette idĂ©e, le projet reste pour le moment volontairement opaque.

A suivre, et à compléter !

—

Cette premiĂšre cartographie est extraite du dernier numĂ©ro de la revue Nantes RĂ©voltĂ©e que nous vous invitons Ă  lire et Ă  diffuser, en Ă©crivant Ă  : [email protected]


Article publié le 13 Oct 2020 sur Nantes-revoltee.com