âžĄïž Ce samedi aprĂšs-midi, un millier de rĂ©actionnaires rassemblĂ©es place Royale. Et un millier de manifestants et manifestantes quelques centaines de mĂštres plus loin, partant de Bouffay, cĂŽtĂ© fĂ©ministes, LGBT et antifasciste.

âžĄïž Une contre manifestation immĂ©diatement bloquĂ©e par un trĂšs fort dispositif policier, pendant que l’extrĂȘme droite Ă©tait protĂ©gĂ©e. Le cortĂšge gazĂ© dans les rues de Bouffay dĂšs le dĂ©but.

âžĄïž Alors que le dĂ©filĂ© uniforme de l’extrĂȘme droite longeait la Loire, la contre-manifestation explosait de couleurs et de chants dans le centre ville, avant d’envahir la gare bruyamment.

âžĄïž Les homophobes ont eu l’indĂ©cence d’aller crier leur haine de la PMA au mĂ©morial de l’esclavage, et de vandaliser les plaques portant le nom des navires ayant participĂ© au commerce triangulaire. Puis d’aller tranquillement devant le tribunal sous l’Ɠil bienveillant des forces de l’ordre.

âžĄïž MalgrĂ© des renforts venus de tout le grand ouest, cette « Manif pour Tous » a Ă©tĂ© un Ă©chec Ă  Nantes, et la marche pour l’égalitĂ© des droits aura montrĂ© de quel cĂŽtĂ© se trouvent la vie, la jeunesse, et la libertĂ©.


Article publié le 11 Oct 2020 sur Nantes-revoltee.com