Mai 25, 2022
Par Nantes Révoltée
152 visites

En cette fin de mois de Mai, nous nous rappelons des combats de 68 ou du Front Populaire. Ces printemps lors desquels des mouvements de grève d’une ampleur gigantesque avaient arraché aux capitalistes des avancées pour les travailleurs et travailleuses : baisse du temps de travail, congés payés, augmentation des salaires et tout une série de victoires, entreprise par entreprise, conquises de haute lutte.

Les médias des milliardaires n’en parlent pas, mais ce printemps nous observons des mobilisations locales qui se dressent pour dire stop à l’accaparement des richesses par une petite poignée d’actionnaires et autres patrons, dans un contexte d’inflation toujours plus forte.

➡️ La grève fait trembler le milliardaire Bernard Arnault. Les couturières d’Arco Châtellerault, sous traitant de LVMH, qui produisent notamment pour la maroquinerie de luxe, ont obtenu toute une série d’améliorations de leurs conditions de travail et de revenus après 3 jours d’arrêt de la production. Notamment 100€ net de plus par mois, une majoration des heures de nuit ou une journée de congé par enfant malade. La lutte paie !

➡️ Après deux semaines d’une grève largement suivie, les éboueur-ses de Tours ont obtenu une augmentation de leur rémunération.

➡️ À Nevers les travailleur et travailleuses de la Taneo ont obtenu des avancées après cinq jours de grève.

➡️ Dans l’aéronautique ce sont les salarié-es de Mecachrome qui ont initié un mouvement social et une série de débrayages afin d’obtenir des salaires plus élevés, leur lutte est toujours en cours. À Toulouse ils avaient rejoint le grévistes de Capgemini, eux aussi en lutte pour obtenir davantage de partage des richesses, dans un groupe qui a augmenté ses dividendes de 23% en 2021.

➡️ À Lyon, aujourd’hui, ce sont les agents travaillant dans les crèches de la ville qui organisent une grève pour l’amélioration leurs conditions de travail et leur salaires.

➡️ À Paris les employé-es de la RATP, dans les bus, se mobilisent depuis lundi pour dénoncer la dégradation de la qualité de leurs conditions d’emploi depuis l’ouverture à la concurrence. Toutes ces luttes peuvent être victorieuses, comme tant d’autres par le passé.

Néanmoins leur isolement les dessert et ne favorise pas le rapport de force. Alors que les chiffres du CAC40 sont d’une insolence sans nom, que les milliardaires concentrent toujours plus de richesses, que le quinquennat qui s’ouvre s’annonce toujours plus hostile aux travailleurs et travailleuses, le temps est venu d’appeler à la grève générale, de sortir de notre isolement et de marcher dans les pas des mouvements sociaux qui ont su faire plier le capital ! Pour nous, pour le climat, contre Macron et son monde !




Source: Nantes-revoltee.com