★ RÉFUGIÉS

★ ARTICLE EXTRAIT DU MONDE LIBERTAIRE N° 1805 D’AVRIL 2019.  
 

« Le monde se divise en deux, hein ? Il y a les moches et les beaux.
Nous, les Occidentaux, sommes les beaux. On a décidé que c’était comme ça, on est du bon côté et tant pis s’il a fallu casser les reins des autres pour se faire une beauté. Mais alors, on fait quoi des autres qui veulent nous ressembler, les pauvres ? 

Ceux qui crèvent la dalle ont foncé, prêts à tout pour un bol de riz. Mais trop, c’est trop, y en a trop. En plus ils prétextent que ça pète dans leurs bleds, qu’on doit les recueillir. En quoi ça nous regarde, leurs histoires, on s’en fout de savoir qu’on les a mis dans le pétrin, qu’on leur a piqué leurs ressources et calé des salauds pour les calmer. C’est plus notre problème. On en fait quoi alors, de ceux qui viennent, ceux qui crèvent pas en route ? On les découpe, on les cuit, on les emballe, voilà un super fond de commerce bio. C’est vegan, ça, je sais pas… Non, trop, c’est trop, on ferme les écoutilles et on tire dans le tas.

L’Occident, dans son extrême mansuétude, avait imaginé un deal : 

– Je te file cent balles,
– tu bosses en échange
– et je me fais mille balles avec.
Un truc biblique.

On oublie ceci qu’il existe une autre arithmétique qui cale un grand coup au fond du trou les rançonneurs et leurs comptables. Il suffit d’inverser, de passer du plus au moins. On a besoin de quoi ? Pas grand-chose, un coin à l’abri du vent et de la pluie, des amis et un pré qu’on traverse entre voisins.

Le présent incarne l’unique faille temporelle sur laquelle nous sommes susceptibles d’agir. Le présent, c’est la récup, le bricolage, rien acheter, tout boycotter, fabriquer tout avec rien, se refabriquer, ressouder notre être morcelé, redevenir manuel et intellectuel, c’est joyeux et pas con. Sur quoi reposent nos pieds ? Sur la terre. Notre seul espace de vie. Commencer par là. En l’arpentant à la rencontre des autres, de nous-mêmes. Nomades parmi les nomades, sans dieu ni maître ni lieu, vivons comme les Roms. Eux se souviennent que nous somme mortels, que nous vivons nécessairement dans le précaire. Espace incarné des libertés, eux savent circuler, donner et recevoir.

Passer des préjugés au réel, de l’expérience à la raison. Saurons-nous franchir cet obstacle épistémologique ? »

Michèle Victor


Article publié le 24 Mai 2019 sur Socialisme-libertaire.fr