Juin 10, 2021
Par Socialisme Libertaire
208 visites


Liberté anarchisme anarchie libertaire émancipation

★ Je n’ai rien à me reprocher.  
 

« En ces temps où l’état renforce son arsenal, de lois liberticides, aussi bien les libertés individuelles que collectives. Combien de fois ai-je entendu. ‘’ Pas grave je n’ai rien à me reprocher ”. Phrase qui m’horripile au plus haut point.

Donc des êtres humains sont prêts, à renoncer à leurs libertés, car ‘’ elles-ils n’ont rien à se reprocher ?

Funeste erreur !

Que ce soit pour les états dits ‘’ républicains ‘’ ou ‘’démocratiques ‘’ ou tout simplement les dictatures, toutes personnes vivant dans ces pays sont suspectes. Le fameux ennemi intérieur. Et qu’importe s’il faut des coupables pour conforter le pouvoir, on en fabrique en France même (cf. : Affaire de Tarnac). Et d’ailleurs qui peut, se prévaloir de n’avoir rien, à se reprocher ??? Selon quels critères ?

De plus même en France, il y a des services de surveillance de la population.

La surveillance de masse en Chine, le crédit social qui y est pratiqué (chaque citoyen de Chine disposant d’un capital de point et au premier écart avec la loi, votre capital de points diminue, et selon le nombre de points qu’il vous reste, l’on peut vous interdire l’accès à des lieux, vous déplacer à l’étranger, afficher votre photo sur des écrans urbains pour vous pointer du doigt) ce système arbitraire en Chine ne vous mets pas à l’abri ‘’ du je n’ai à me reprocher ‘’.

Un petit rappel historique :

Pendant la période de terreur stalinienne dans les 1930-37. De grandes rafles étaient organisées dans les grands centres urbains, pour remplir les goulags, et soumettre des citoyens soviétiques aux travaux forcés pour participer à de grands travaux forcés de modernisation de l’U.R.S.S.

Des gens qui n’avaient rien à se reprocher, mais qui à cause de l’appareil d’état et le NKVD, arrivaient à faire avouer à ces personnes raflées, des crimes qu’ils n’avaient pas commis et l’on vous offrait un voyage ferroviaire gratuit, parfois et souvent sans retour. Je peux vous garantir que tout le monde avait peur, et que le, ‘’ je n’ai rien à me reprocher ‘’ ne valait plus rien.

Les nazis surveillaient tous les Allemands-es, les concierges étaient des fonctionnaires chargés-es de contrôler et rapporter tout fait, allez et venues jugées suspectes. Là aussi tout pouvait être interprété, déformé, comme attentatoire à l’état nazi.

De plus le ‘’ je n’ai rien à me reprocher ‘’ d’aujourd’hui

Peut devenir selon la promulgation de nouvelles lois un ‘’ mince j’ai quelque chose à me reprocher ‘’, rien n’est figé dans le marbre. Simple exemple : vous avez acheté une voiture il y a 15 ou 20 ans de cela, homologuée par les services de l’état qui plus est. Vous l’avez bien entretenue, elle roule parfaitement et passe le contrôle technique sans encombre. Sauf que… elle émet trop de particules fines et trop de gaz carbonique et est considérée actuellement impropre à la circulation certains jours de fortes pollutions atmosphériques. Du coup on aura quelque chose à vous reprocher et on vous le fera payer ! c’est un simple petit exemple. Alors imaginez, tous les champs d’applications et répression et les punitions que cela pourrait engendrer. Ce qui peut vous paraitre être irréprochable, anodin aujourd’hui le restera-t-il ?

Alors toujours prêts à perdre des libertés au nom du ‘’ je n’ai rien à me reprocher ‘’ ??

Non et non luttons contre ce grignotage perpétuel de nos libertés individuelles et collectives ! Avant qu’il ne soit trop tard et que l’on ait quelque chose à nous reprocher de manière à nous encabaner et à nous faire taire. »




Source: Socialisme-libertaire.fr